Le Beauceron : Caractère, alimentation, éducation, santé

Le Berger de Beauce, appelé aussi Beauceron ou Bas-Rouge (en raison des marques de feu qui ornent le bas de ses pattes), est l’une des plus anciennes races de chiens de berger français.

un Beauceron qui tire la langue

Autrefois cantonné dans la surveillance et la conduite des troupeaux, il est devenu aujourd’hui un chien de garde et de compagnie fort apprécié. Son allure rustique et son caractère franc ont contribué à la faire grimper dans le palmarès des races plébiscitées par le public.

Rustique et solide

le Beauceron, un chien sûr de lui

Forte constitution, membres musclés, poil presque rêche : Le Beauceron n’est pas un délicat !

Pendant longtemps, le Berger de Beauce et le Berger de Brie n’ont pas été distingués l’un de l’autre. Tous deux employés à la garde et à la conduite des troupeaux du Bassin parisien, ils ne furent élevés séparément qu’à partir du XIXe siècle. Dès lors, deux types distincts furent sélectionnés pour obtenir une variété à poil court, le Beauceron, et une variété à poil long, le Briard. Ainsi, sous leur pelage, ils sont pratiquement identiques :

La tête du Berger de Beauce est longue avec un crâne plat ou légèrement arrondi. Une crête bien apparente domine le sommet de son crâne, et le stop est peu marqué. Le Berger de Beauce possède une poitrine large, haute et profonde. Il a un dos droit, avec un garrot bien marqué et un rein large et bien soudé. Les membres du Beauceron sont musclés et nets, bien d’aplomb, et ses pieds forts, ronds, ont des ongles toujours noirs.

La couleur la plus courante du Beauceron, noir et feu, lui a valu le surnom de Bas-Rouge. Les marques de feu sont disposées de la façon suivante : pastilles au-dessus des yeux, sur les côtés du museau, sur la poitrine et la gorge, sous la queue et enfin sur les membres. Son poil est ras sur la tête, court, gros, ferme et couché sur le corps, où il mesure de 3 à 4 cm de long. Les fesses et le ventre sont légèrement frangés.

un Beauceron en gros plan

Quelle particularité a le Beauceron ?

Il présente des ergots doubles aux membres postérieurs. Ils sont placés à l’intérieur, formant des pouces bien séparés.

un Beauceron avec la tête inclinée

Caractéristiques du Beauceron

Queue

La queue du Beauceron est portée bas, descendant au moins jusqu’à la pointe du jarret, sans déviation, formant un léger crochet en forme de « J ».

Oreilles

Ses oreilles sont haut placées. Si elles sont coupées, elles se portent droites, pointant légèrement vers l’avant. La longueur de l’oreille non coupée doit être égale à la moitié de la longueur de la tête.

Yeux

Les yeux du Berger de Beauce sont toujours foncés, avec une expression franche, ni méchante, ni peureuse, ni inquiète. Ils sont le reflet d’un caractère entier et d’un chien sûr de lui.

Poil

Le Beauceron a le poil court, gros et ferme. Il peut être noir et feu ou arlequin (gris, noir et feu). La variété arlequin s’avère assez rare, mais des éleveurs tentent de la développer.

Truffe

Le museau du Beauceron n’est ni étroit ni pointu, et ses lèvres sont fermées, sèches et bien pigmentées. La truffe du Beauceron est bien développée, jamais fendue et toujours noire.

un Beauceron assis

Les trois points forts

  • Costaud
  • Peu délicat
  • Belle couleur
un Beauceron à la campagne

Origines

  • Pays : France
  • Époque : XIXe siècle
  • Ancêtres : Chiens de berger français
  • Aptitudes : Garde, conduite de troupeaux, chien de compagnie

Sage et hardi

un Beauceron qui nage

La devise du Beauceron révèle toute la profondeur de son caractère : sûr de lui, il ne réagit qu’à bon escient !

Sage, il l’est : lorsque l’on voit un Beauceron, il est évident que l’on n’a pas affaire à un « petit malin » ! Il est sérieux et ne s’en laisse pas conter. Il a un devoir, une mission : garder sa maison, ses enfants, ses maîtres, son troupeau. Il le fera avec toute sa force et toute son intelligence, mais aussi toute sa mesure et sa sagesse. Il n’est pas du genre à se laisser distraire par un papillon ! Concentré sur sa tâche, il ne prendra pas de repos tant qu’elle ne sera pas accomplie. Un vrai premier de la classe.

Autrefois chien de troupeau, il est resté proche des animaux de la ferme.

un Beauceron en promenade

Hardi, il le sera dans toutes les actions qui nécessitent d’aller de l’avant. Courageux, il ne se laisse pas impressionner : il ne recule pas face au danger ! Une autre de ses qualités : la constance. De caractère égal, il reste le même tout au long de sa vie. Comme certains hommes de la campagne peu bavards, le Beauceron est un chien qui aboie peu et seulement à bon escient. Le maître qui connaît bien son chien pourra sans sortir de chez lui savoir qui approche de son domicile : la voiture d’un familier qui s’arrête, un chien qui passe, ou un inconnu, il y aura autant d’aboiements distincts que d’évènements différents !

Il adore l’action et aura tendance à jouer les bulldozers dans certains cas ! Gare à vous si vous vous trouvez sur son passage, il n’hésitera pas à vous bousculer d’un coup d’épaule ! Car le Beauceron est un grand chien : sa taille, sa puissance, son expression en font un ardent défenseur de ses maîtres, en toute circonstance. Son regard franc, loyal et sévère, lui a valu parfois une réputation injustifiée de chien agressif. Certes, il est impressionnant et son regard surmonté de ses deux petites taches rouges, a de quoi refroidir. Mais la méchanceté n’est pas dans ses gènes ! Il est dissuasif et joue de son physique pour décourager toute tentative d’intrusion. Bien fou serait alors celui qui passerait outre ! Le Berger de Beauce se montrerait alors farouchement décidé à défendre son territoire, ne reculant devant aucun ennemi.

Sous ses dehors impressionnants, il cache un grand attachement à ses maîtres.

un chiot Beauceron

Le Beauceron en bref

  • Taille : De 61 à 70 cm
  • Poids : De 27 à 37 kg
  • Diffusion : Environ 45 000 sujets de pure race en France
  • Prix : Moyen
  • Coût d’entretien : Moyen
  • Alimentation : Ménagère (1.2 kg) – Humide (1.9 kg) – Croquettes (700 g)

Trait de caractère

Le Beauceron réunit toutes les qualités nécessaires à un bon chien de conduite de troupeau : vif, intelligent, dévoué, robuste, rustique, puissant… Sa taille et son courage lui permettent d’assurer la garde de l’exploitation et, à l’occasion, la protection des bêtes contre les prédateurs, à deux et quatre pattes. L’instinct du Beauceron allié à sa vigilance et à sa capacité de faire preuve d’initiative en font le parfait auxiliaire de l’éleveur de bétail dans toutes les circonstances qu’exige un troupeau.

un Beauceron qui court dans l'eau

Le Beauceron est-il un chien pour vous ?

  • Son aspect impressionnant peut effrayer des visiteurs non avertis ou de jeunes enfants qui ne le connaissent pas.
  • Parfois un peu brutal, il n’apprécie guère les câlins.
  • Peu d’aboyeur, il ne sera pas une gêne pour les voisins.

Les +

  • Posé et décidé
  • Excellent gardien
  • Très fidèle

Les –

  • Un peu brusque
  • Aspect redoutable
  • Apparence sévère

Un grand gamin !

un Beauceron qui joue avec une bouteille

Tardivement mature, le Beauceron doit être éduqué ave douceur, mais fermeté.

Relativement exclusif, le Beauceron tend à s’attacher totalement à sa famille, voire à un seul membre de celle-ci. Mais encore faut-il que cette personne ait su mériter son affection ! Car, avec le Beauceron, peut-être plus encore qu’avec d’autres chiens de berger, pas question d’approximation en matière d’éducation ! Il faut savoir doser intelligemment affection et fermeté, récompense et punition. Très intelligent, toujours prêt à apprendre, il se met en quatre pour satisfaire son maître à condition que celui-ci sache mener son éducation avec doigté. Pas question d’exercices mécaniques et répétitifs : il se lasserait vite et se démotiverait. Avec le Beauceron, il faut savoir varier les plaisirs, alterner les exercices et les séances de jeux et de caresses. Il accomplira alors les missions les plus difficiles, ayant le sentiment de faire plaisir à son maître.

Le Beauceron a une maturité relativement tardive : il garde un tempérament de chiot assez tard, et il n’est pas rare de voir un grand dadais de quelques mois, bien éduqué, vous apporter en frétillant un jouet, prêt à faire quatre fois le tour de la maison pour vous échapper ! Cette particularité exige une éducation en douceur, et ce, dès les premiers mois.

un jeune Beauceron

Le Berger de Beauce garde un tempérament de chiot très tard.

Parfois un peu têtu, le Beauceron n’est pas de ces chiens qui se plient servilement aux quatre volontés de leurs maîtres. Son éducation doit en tenir compte : c’est en le motivant que l’on obtiendra ce que l’on veut de lui. Il est donc indispensable que le maître instaure une vraie complicité avec son chien.

un beauceron qui joue

À faire

  • Bien doser affection et fermeté
  • Être constant dans les ordres
  • Le motiver

À ne pas faire

  • Ne pas tenir compte de sa maturité tardive
  • Être trop dur avec lui quand il n’est qu’un chiot
  • Négliger son éducation

Avec les enfants : Un grand copain qui tient sa place !

Ce grand chien noir, très impressionnant, se transforme en une vraie guimauve avec « ses » enfants, auxquels il ne sait comment montrer son affection. Mais, dans ses démonstrations, son contact est quelquefois rugueux.

Avec les enfants, le Beauceron doit apprendre à se maîtriser.

Car un chien d’une quarantaine de kilos qui veut sauter sur les genoux des jeunes enfants, cela pose quelques problèmes ! Une bonne éducation lui permettra d’aborder les bambins avec toute la douceur nécessaire. Sa sagesse naturelle limitera les débordements.

Le gentilhomme campagnard

un Beauceron qui prend la pose

Avec le Beauceron, pas de chichis : plus c’est rustique, plus il aime !

Surnommé le « gentilhomme campagnard » par Colette, le Beauceron l’est assurément ! Son gabarit, sa force naturelle, son énergie s’accommodent mal de la vie en ville. De plus, gardien dans l’âme, il ne s’épanouira véritablement que s’il peut faire preuve de ses talents de cerbère. Il se montrera donc très à l’aise à la campagne, où il sera le gardien intraitable de la maison comme du troupeau.

Gardien dans l’âme, il aime jouer le rôle de cerbère !

Très rustique, il pourra vivre sans aucun problème dehors une partie de la journée, hormis pendant les grandes périodes de froid. Une niche ou un chenil aménagé dans le jardin lui permettra de s’abriter des intempéries ou des trop fortes chaleurs, tout en conservant un œil sur son territoire : une position d’observateur idéale ! Pas délicat pour deux sous, il ne demande aucun effort particulier pour entretenir son pelage, si ce n’est un bon brossage hebdomadaire en période de mue. Sauf exception (bain de mer, pelage souillé…), le Beauceron n’a pas besoin d’être baigné.

un Beauceron qui cavale dans l'eau

La pratique d’un sport canin est essentielle à son équilibre.

Le Beauceron est un sportif de haut niveau ! Avec lui, pas question de se contenter d’une petite promenade hygiénique matin et soir ! Sa fougue et son énergie ne s’en contenteraient pas. La pratique d’un sport canin est vivement recommandée : cela lui fera beaucoup de bien, lui permettra d’être plus équilibré, et, comme il est généralement très bon, il montera vite sur les plus hautes marches des podiums, à la grande satisfaction de ses propriétaires ! Troupeau, Ring, Agility, Pistage, Cavage, Obéissance : rien ne lui fait peur ! C’est d’ailleurs un Beauceron qui, en l’an 2000, est devenu champion de France d’Agility…

Le Berger de Beauce n’est pas seulement un sportif de haut niveau, il est aussi un sauveteur hors pair ! Souvent mis à l’épreuve lors des sauvetages en montagne, de recherche dans les décombres ou encore de recherche de personnes disparues, il a à son actif de nombreux exploits.

À faire

  • Vivre à la campagne
  • Lui faire pratiquer un sport canin
  • Lui donner sa ration en deux fois

À ne pas faire

  • Le baigner régulièrement
  • Négligez son besoin d’exercice
  • Lui donner à manger avant ou après un effort
un Beauceron qui plonge

Alimentation : Ne laissez rien à la portée de ce glouton !

Dès son plus jeune âge, le Beauceron doit apprendre à maîtriser son appétit.

  • Comme tous les grands chiens, le Beauceron est malheureusement sujet au syndrome de torsion-dilatation de l’estomac. Cette maladie, qui peut être mortelle, est provoquée par la fermentation de gaz dans l’estomac. Elle survient très peu de temps après le repas. Pour limiter au minimum les risques de torsion-dilatation de l’estomac, il est conseillé de donner les repas en deux fois, le matin et le soir, et d’éviter absolument de donner à manger au chien juste avant ou juste après un effort violent.
  • Le gabarit du Beauceron lui permet de laisser traîner sa truffe jusque sur les tables : ne laissez rien à portée de babine, il aurait vite fait d’en faire son quatre-heures !

En savoir plus

Le club des amis du Beauceron