Le Braque de Weimar : Caractère, alimentation, éducation, santé

Le Braque de Weimar, surnommé « Grey Ghost » (fantôme gris) dans les pays anglo-saxons, est bien le genre de fantôme par lequel on aimerait être hanté !

une tête de Braque de Weimar

Sa prestance, son allure unique, son regard d’or en ont envoûté plus d’un. Pour preuve, le succès des mises en scène du photographe William Wegman, qui a pour seul et unique modèle… le Braque de Weimar !

William Wegman et son Braque de Weimar

Mais l’engouement qu’il suscite et sa popularité ne doivent pas faire oublier que c’est un ancien chasseur : il a grand besoin d’exercice et ne s’adapte à la vie en ville qu’à condition de se dépenser régulièrement.

Le « fantôme gris »

un Braque de Weimar

Forte corpulence, musculature importante : le Braque de Weimar n’a de fantôme que le surnom !

Le Braque de Weimar est un chien de chasse de taille moyenne à grande ; il est plus corpulent que la plupart des autres Braques. La différence entre les femelles et les mâles est très marquées : ces derniers sont plus grands et plus forts. Le type du Braque de Weimar est tout à fait adapté au travail pour lequel il est fait : l’arrêt du gibier à poil comme à plume.

Le Braque de Weimar est un grand chien robuste, sec, à la musculature puissante. Son corps harmonieux, s’inscrit dans un carré. Sa tête est modérément longue, plus large chez le mâle que chez la femelle. Son cou robuste, presque rond, pas trop court, aux attaches puissantes se renforce vers l’épaule. Le Braque de Weimar possède un tronc bien proportionné, sa poitrine est bien descendue. Il a un dos solide, un peu long. Ses pattes arrière sont nerveuses, bien développées. Bref, tout son corps n’est que muscle, depuis son cou jusqu’à ses cuisses !

Il existe deux variétés de poil : le poil ras, court, dru, très épais, sans ou avec très peu de sous-poil. Le poil long est lisse ou légèrement ondulé, avec un poil de couverture souple et long, avec ou sans sous-poil. La longueur du poil sur les côtés est de 3 à 5 cm. Sous le cou, sur le poitrail et sous le ventre, il est un peu plus long. Une raie foncée sur le dos, plus ou moins marquée, dite « raie d’anguille » apparâit parfois.

D’autres couleurs que le gris sont-elles autorisées dans les concours canins ? Non, seules des marques blanches au poitrail et aux pattes sont tolérées.

Les trois points forts

  • Noble
  • Musclé
  • Couleur unique
un Braque de Weimar qui court

Caractéristiques du Braque de Weimar

Queue

Attachée bas, elle est puissante. Au repos, elle pend ; lorsque le chien est attentif, elle est portée au moins à l’horizontale.

Oreilles

Ses oreilles, larges et assez longues, tombantes, atteignent presque la commissure des lèvres. Attachées haut, elles sont légèrement arrondies à leur extrémité.

Yeux

Ses yeux, ronds, placés très légèrement à l’oblique, de couleur ambre clair à sombre foncé, ont une expression intelligente. Les yeux des chiots sont bleu ciel.

Poil

La couleur du poil du Braque de Weimar, unique, peut être de trois tons de gris : gris argenté, gris souris ou gris-brun. La tête et les oreilles sont généralement plus claires

Truffe

La truffe du Braque de Weimar est grande et de couleur chair foncé, tirant graduellement sur le gris vers l’arrière. Elle termine un museau long et puissant, avec un stop marqué sans être profond.

un Braque de Weimar

Origines

  • Pays : Allemagne
  • Époque : Fin XVIIIe siècle
  • Ancêtres : Chiens gris de Saint-Louis, Braques allemands, Pointers
  • Aptitudes : Chien de chasse, de garde et de compagnie
un Braque de Weimar

Le Braque de Weimar en bref

  • Taille : De 57 cm à 70 cm
  • Poids : De 25 kg à 40 kg
  • Diffusion : Environ 11 000 sujets de pure race en France
  • Prix : Élevé
  • Coût d’entretien : Moyen
  • Alimentation : Ménagère (840 g à 1.2 kg) – Humide (1.3 kg à 1.9 kg) – Croquettes (460 g à 700 g)

Plus Casper que Belphégor

un Braque de Weimar à l'affût

Tout de gentillesse, le Braque de Weimar a cependant son caractère, qu’il convient de bien connaître.

Si fantôme il y a, le Braque de Weimar lorgnerait plutôt du côté de Casper, le gentil fantôme, que du côté de Belphégor ! S’il hante les esprits, c’est pas sa douceur et sa présence amicale et dévouée… Ce chasseur, impitoyable avec sa proie, sait faire « patte de velours » avec ses maîtres et oublie jusqu’à l’existence du gibier en leur présence !

Malgré son gabarit imposant, le Braque de Weimar est la gentillesse même. D’un caractère équilibré, il aime la vie familiale et se plie sans rechigner à ses contraintes. Comme tous les chiens de chasse, il comprend vite et sait s’adapter sans trop de difficulté aux règles de la vie de famille. Il sait se faire oublier lorsque cela est nécessaire ! Aussi gentil à la maison qu’il est tenace à la chasse, il fait preuve d’un caractère doux et affable dès lors qu’on lui offre une vie de famille équilibrée. Attention, celle-ci est indispensable à son bien-être. En effet, il ne sait se développer harmonieusement dans une maisonnée où les cris sont monnaie courante, où les coups pleuvent et où la zizanie fait rage…

un Braque de Weimar qui court dans l'eau

Affectueux, gentil : les éloges pleuvent sur le Braque de Weimar !

Assez têtu, il reste relativement malléable en règle générale. Pour limiter ses accès d’indépendance, il est nécessaire de mettre en place dès son arrivée à la maison les règles de base de la hiérarchie au sein de la famille. Certains mâles ont parfois tendance à se montrer un peu dominants et ont besoin d’être à remis à leur place fermement. Il ne faut donc tolérer aucun manquement aux règles de la hiérarchie : vous êtes le chef de la meute familiale, le chien doit vous obéir, sans faille. On veillera à ne faire aucune exception, car l’animal s’empresserait d’en profiter pour tenter de vous « piquer » votre place et votre statut hiérarchique. Malgré son côté frondeur, le Braque de Weimar est un chien sensible : il ne supporte que très difficilement la solitude et peut devenir dépressif ou coléreux s’il est trop longtemps livré à lui-même.

Trait de caractère

Le Braque de Weimar est un chien de chasse polyvalent, passionné par le recherche du gibier. Il est très persévérant et quête de façon systématique. Il a un flair d’une qualité remarquable qu’il met à profit pour chasser aussi bien les nuisibles que le gibier, à poil comme à plume. Il a un arrêt très ferme et très sûr et sait aussi se montrer un remarquable retriever. Le Braque de Weimar peut aussi être employé à la recherche de grand gibier blessé, montrant dans cette tâche beaucoup de ténacité et de persévérance.

un Braque de Weimar dans l'herbe

Le Braque de Weimar est-il un chien pour vous ?

  • Le Braque de Weimar a une fâcheuse tendance à remettre en question votre autorité : avec lui, il ne faut jamais rien laisser passer !
  • Bien qu’il soit un très bon chien de chasse, il est aussi un gardien exceptionnel.

Les +

  • Doux
  • Gentil
  • Bon gardien

Les –

  • Têtu
  • Peut avoir l’esprit « contestataire »

Doux comme un marron glacé !

un Braque de Weimar vu de profil

De marron glacé, le Braque de Weimar a non seulement la couleur, mais aussi la douceur…

En bon chien de chasse, le Braque de Weimar apprend vite et son éducation est relativement aisée. Il suffit de lui inculquer quelques ordres de base et quelques règles de vie dès son arrivée à la maison pour que tout se déroule au mieux. Excellent gardien, il montre la plupart du temps des aptitudes innées pour la protection de son territoire et sa famille. Un petit coup de pouce peut cependant s’avérer nécessaire pour certains sujets, la plus efficace étant de les féliciter à chaque fois qu’ils montrent une tendance à la garde. Attention toutefois à ne pas les encourager à se comporter avec agressivité, car, au vu de leur gabarit, ils peuvent devenir dangereux.

Une éducation précoce est recommandée.

un chiot Braque de Weimar

Le petit côté « cabochard » du Braque de Weimar implique une éducation stricte et sans faille. Elle doit se faire avec exigence, fermeté, mais aussi patience et douceur. Ses grandes capacités d’écoute et d’adaptation rendent son éducation relativement aisée, pour qui sait se faire respecter par son chien. La hiérarchie doit être mise en place très tôt et toujours respectée. En effet, le gabarit imposant de ce chien ne souffre aucune négligence dans son éducation ! Il faut lui apprendre très tôt à respecter les autres animaux de la maison et du voisinage, tels que petits chiens, chats et autres petits mammifères de compagnie, car il a gardé un atavisme de chasseur particulièrement développé… Il serait tout à fait déplaisant de le voir revenir triomphant avec le hamster du voisin dans la gueule.

À la chasse, le Braque de Weimar n’est pas un chien très précoce : dans le jargon des chasseurs, on dit qu’il se déclare tardivement. Pour être sûr qu’il développe des aptitudes à la chasse, il est important de l’y emmener très jeune, afin que cela fasse partie de son univers…

À faire

  • Mettre en place la hiérarchie très tôt
  • Lui apprendre à respecter les autres animaux domestiques

À ne pas faire

  • L’inciter à se montrer agressif
  • Attendre qu’il soit adulte pour l’emmener à la chasse
un Braque de Weimar en pleine action

Avec les enfants : Gardien, nounou et compagnon de jeux

Avec les enfants, le Braque de Weimar se montre un adorable compagnon !

Avec les enfants, le Braque de Weimar se mue en un copain prêt à se mettre en quatre pour eux. Toujours partant pour jouer, le Braque, avec son énergie débordante, sera au diapason de l’humeur des enfants, même les plus turbulents. Très protecteur, il les défendra avec vigueur contre tous les étrangers. Parfois même un peu trop ! Il faut donc prendre garde à ne pas les laisser ensemble trop longtemps, car une jeune fille au pair inconnue ou un membre éloigné de la famille risquerait de ne pas pouvoir s’en approcher !

Un grand polyvalent

un Braque de Weimar sûr de lui

Chasseur émérite, coureur de fond ou sprinter, concurrent exceptionnel en Obéissance, le Braque de Weimar sait tout faire !

Le Braque de Weimar est un chien facile, mais quelles sue soient ses facultés d’adaptation, il ne peut s’habituer à une vie citadine et sédentaire. C’est un chien très sportif, qui a besoin de se défouler et de se dépenser pour être heureux : un grand jardin clôturé est l’idéal pour lui. De longues promenades quotidiennes sont indispensables à son bien-être et de belles balades le week-end en compagnie de ses maîtres font son bonheur.

Inconditionnel de la nature, le Braque de Weimar a impérativement besoin d’espaces verts.

un Braque de Weimar

Ce grand sportif apprécie toutes les activités qu’il peut pratiquer avec son maître… même si celui-ci n’est pas un chasseur passionné ! Admirable retriever, excellent chien d’arrêt, le Braque de Weimar peut aussi s’illustrer dans la recherche du grand gibier blessé. Mais il a encore bien d’autres cordes à son arc ! Gardien incorruptible, il sait protéger avec passion les biens de ses maîtres. Ses capacités ont même incité les Américains à le choisir comme chien policier !

Le Braque de Weimar est un coureur infatigable : il s’illustre donc dans les sports de course, tels le Canicross. En Agility, il surmonte tous les obstacles avec majesté, ne faisant qu’une bouchée des plus difficiles ! Ses grandes capacités d’écoute en font un excellent concurrent en Obéissance, où il peut montrer toute la mesure de son talent.

Un bon coup de gant suffit à son entretien.

Son entretien est particulièrement aisé pour la variété à poil ras : un coup de gant de temps en temps suffit. La variété à poil long, en revanche, a besoin d’un brossage plus approfondi, surtout en période de chasse. Le Braque de Weimar est tellement enthousiaste et pris par la passion de la chasse qu’il ne prend guère de précautions dans les buissons : il faut donc s’assurer qu’il n’a pas de plaies ou d’épines plantées dans la peau à chaque retour de promenades. Les tiques, nombreuses en forêt, doivent être ôtées avec précaution à chaque retour à la maison, pour éviter toute infestation ainsi que la transmission de maladies diverses.

un Braque de Weimar dans la nature

À faire

  • Le promener souvent
  • Pratiquer un sport canin avec lui
  • Le brosser régulièrement

À ne pas faire

  • Négliger son alimentation en période de chasse
  • Lui donner des friandises
  • Ne pas l’inspecter au retour de promenade

Une alimentation à moduler

Les Braques chasseurs doivent avoir une alimentation adaptée.

  • Selon que votre Braque de Weimar chasse ou non, il est vivement conseillé d’adapter son alimentation.
  • Les chiens chasseurs doivent recevoir une nourriture plus riche quelques jours avant l’ouverture de la chasse, pour leur permettre de stocker quelques réserves.
  • Pendant la période de chasse, il est conseillé de donner au chien une alimentation riche en féculents pour une meilleure résistance aux efforts prolongés et riche en protéines, pour lui permettre de fournir des efforts intenses et brefs en action de chasse. Les graisses sont bien sûr conseillées pour les chiens qui sont amenés à chasser dans des régions très froides, afin de leur offrir une bonne protection contre le froid grâce à une couche adipeuse supplémentaire…
  • Les Braques qui ne chassent pas doivent avoir une alimentation plus classique, et il faut surveiller leur ligne, car ce sont des chiens très gloutons et ont une fâcheuse tendance à réclamer à manger tout le temps !

En savoir plus

Le cercle des amateurs du Braque de Weimar – Association de propriétaires de Braques de Weimar depuis 1978.