Pourquoi mon chien urine-t-il du sang ?

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles un chien urine du sang. Certains chiens peuvent uriner du sang, mais se comporter normalement par ailleurs.

chien qui fait pipi contre un arbre

Découvrez les différentes causes de l’hématurie (présence de sang dans les urines).

Les cas de sang dans les urines sont plus nombreux chez les vétérinaires en hiver dans les climats enneigés qu’à n’importe quel autre moment ou endroit – mais seulement parce que la neige permet de voir facilement que l’urine du chien n’est pas de la couleur jaune saine qu’elle devrait être.

Il y a plusieurs conditions qui peuvent causer la présence de sang dans l’urine de votre chien. Examinons les différentes causes et comment chacune d’entre elles est diagnostiquée et traitée.

Infection bactérienne

Les infections bactériennes chez le chien, en particulier les infections de la vessie (également connues sous le nom d’infections des voies urinaires ou IVU) et les infections rénales (également connues sous le nom de pyélonéphrite), peuvent provoquer des urines sanguinolentes. Parmi les deux types d’infection, les infections de la vessie sont beaucoup plus fréquentes, en particulier chez les chiens femelles.

En raison de leur anatomie, les chiens femelles sont plus susceptibles que les chiens mâles de développer des infections de la vessie à un moment ou à un autre de leur vie. L’urètre des femelles est beaucoup plus court que celui des mâles, ce qui signifie que les bactéries ont moins de distance à parcourir entre le monde extérieur et la vessie.

La bactérie la plus fréquemment impliquée dans les infections de la vessie est Escherichia coli (E. coli), qui fait partie de la flore bactérienne normale du côlon et qui est présente dans les selles du chien. Chez les chiennes, l’endroit où sortent les crottes est situé juste au niveau de l’endroit où sort l’urine. Il est donc facile pour les bactéries de traverser le pont entre l’anus et la vulve et de remonter l’urètre jusqu’à la vessie.

D’autres bactéries communes à l’origine des infections de la vessie font partie de la flore cutanée normale. Les chiennes dont la vulve est encapuchonnée ou dont l’hygiène du pelage et de la peau autour de la vulve n’est pas idéale sont plus susceptibles de développer des infections de la vessie. On parle de vulve à capuchon lorsque la vulve est partiellement recouverte par un pli de peau supplémentaire.

Les infections rénales peuvent se développer par l’une des deux voies suivantes. Les infections de la vessie, si elles ne sont pas traitées, peuvent se transformer en infections rénales. En effet, les bactéries présentes dans la vessie peuvent remonter vers les reins par les uretères, les canaux qui transportent l’urine des reins vers la vessie.

La deuxième méthode par laquelle une infection rénale peut se développer est une infection située ailleurs dans le corps, en dehors du système urinaire. Il s’agit d’une infection systémique, dans laquelle les bactéries se déplacent dans la circulation sanguine jusqu’aux reins et s’y installent.

Les chiens souffrant d’une infection de la vessie peuvent s’efforcer d’uriner ou uriner plus fréquemment. Ils peuvent également avoir des accidents urinaires à l’intérieur de la maison. Ils continuent à manger et à boire normalement et ont généralement un niveau d’énergie normal. Les chiens souffrant d’infections rénales sont généralement beaucoup plus malades. Ils sont léthargiques, mangent moins ou pas du tout, peuvent boire plus d’eau que d’habitude, vomir ou avoir de la fièvre.

Si votre vétérinaire suspecte une infection de la vessie ou des reins, il peut effectuer une analyse d’urine pour rechercher des bactéries dans l’urine, ainsi que des analyses de sang pour examiner les valeurs rénales et la numération des globules blancs de votre chien. Si des bactéries sont détectées dans l’urine de votre chien, un échantillon d’urine doit être envoyé au laboratoire pour une culture d’urine et un test de sensibilité. Cela permet d’identifier le type de bactérie à l’origine de l’infection de votre chien et de déterminer l’antibiotique approprié. La culture d’urine et la détermination de la sensibilité prennent environ trois à cinq jours. Votre chien commencera donc à prendre un antibiotique à large spectre en attendant les résultats de ce test.

Les infections vésicales non compliquées sont généralement traitées en ambulatoire à l’aide d’un antibiotique oral et d’un médicament contre la douleur. Les infections rénales nécessitent généralement une hospitalisation avec des fluides intraveineux et des antibiotiques jusqu’à ce que votre chien mange et ne vomisse plus.

Calculs et cristaux

Les calculs vésicaux et les cristaux dans l’urine peuvent provoquer des urines sanglantes. Les cristaux sont des structures microscopiques aux arêtes vives. Lorsque des milliers de cristaux s’assemblent, ils créent un calcul vésical. Certains calculs vésicaux sont lisses, d’autres ont une surface dure et pointue.

Les cristaux et les calculs présents dans l’urine circulent dans la vessie comme une boule de neige, provoquant des microtraumatismes sur la paroi de la vessie. Ces microtraumatismes provoquent des saignements de la paroi de la vessie, ce qui se traduit par des urines sanguinolentes.

Les chiens souffrant de calculs vésicaux ou de cristaux urinaires se comportent de la même manière que les chiens souffrant d’une infection de la vessie. En fait, de nombreux chiens atteints de calculs vésicaux ou de cristaux urinaires présentent une infection vésicale concomitante.

La présence de cristaux urinaires peut être détectée lors d’une analyse d’urine de routine. Le traitement des cristaux urinaires dépend du type de cristaux présents. Si votre chien a des cristaux dans l’urine, votre vétérinaire peut recommander une imagerie pour rechercher des calculs dans la vessie et l’urètre de votre chien.

Certains chiens présentent des calculs vésicaux sans que l’analyse d’urine ne révèle la présence de cristaux. En effet, la production de cristaux urinaires peut être transitoire et non constante. Si les autres causes d’urine sanglante ont été éliminées, votre vétérinaire vous recommandera de procéder à une imagerie pour rechercher des calculs vésicaux.

Certains types de calculs vésicaux sont radio-opaques (visibles sur les radiographies) et d’autres sont radio-lucides (difficilement visibles, voire pas du tout, sur les radiographies). Les calculs de struvite, d’oxalate de calcium et de xanthine sont radio-opaques. Les calculs de cystine et d’urate sont radio-lucides.

Si votre vétérinaire soupçonne fortement votre chien d’avoir des calculs vésicaux, mais qu’il n’en trouve pas sur les radiographies, il peut vous recommander une échographie abdominale ou une cystographie. Lors d’une échographie abdominale, les ondes ultrasonores s’enroulent autour des calculs vésicaux, créant une ombre unique sur l’image de la vessie de votre chien.

La cystographie est une série de radiographies de la vessie avec contraste. La vessie est d’abord vidée de son urine, puis remplie de gaz (généralement de l’air ambiant ou du dioxyde de carbone), puis de colorant de contraste, avant d’être à nouveau vidée et remplie d’air. Une radiographie de la vessie est réalisée après chaque étape. Cela permet de voir les polypes de la vessie, les tumeurs, les anomalies congénitales ou les calculs radio-lucides qui n’auraient pas été vus par les radiographies conventionnelles.

Les calculs de struvite peuvent souvent être dissous en donnant à l’animal une alimentation urinaire prescrite, telle que Hills c/d ou Royal Canin Urinary S/O. La dissolution des calculs de struvite peut prendre des semaines, voire des mois, si votre chien est nourri exclusivement avec l’alimentation prescrite. Pendant ce temps, votre chien continuera à souffrir, à avoir des urines sanguinolentes et sera plus exposé au risque d’obstruction urétrale. On parle d’obstruction urétrale lorsqu’un calcul se loge dans l’urètre et que votre chien ne peut plus uriner.

D’autres types de calculs nécessitent généralement une intervention chirurgicale appelée cystotomie. Il existe des techniques chirurgicales non invasives et peu invasives pour retirer les calculs de la vessie. Toutefois, à l’exception de l’urohydropulsion, ces méthodes nécessitent une formation et un équipement spécialisés et ne sont disponibles que dans un nombre limité de cliniques vétérinaires. L’hydropulsion par voie basse peut être pratiquée par un vétérinaire généraliste formé à cette technique, mais elle ne permet d’extraire que de très petits calculs et est souvent réservée aux chiens femelles.

Une fois les calculs vésicaux retirés, votre vétérinaire les soumettra à un laboratoire pour qu’ils soient analysés. Une fois l’analyse terminée, des recommandations seront faites concernant le régime alimentaire de votre chien et éventuellement les médicaments afin de minimiser le risque de développer des calculs vésicaux à l’avenir.

Polypes, poches et tumeurs

Les polypes de la vessie sont des excroissances généralement bénignes qui proviennent de la paroi de la vessie. Ces polypes saignent facilement et peuvent provoquer des urines sanglantes. Les polypes de la vessie sont diagnostiqués par échographie ou cystographie ; ils ne sont pas facilement visibles sur les radiographies conventionnelles.

Une poche dans la vessie, comme un diverticule vésico-urachien, est généralement une malformation congénitale présente depuis la naissance. Parfois, un diverticule de la vessie peut être acquis plus tard dans la vie. L’urine s’accumule et est retenue dans cette cavité, ce qui entraîne une incontinence urinaire et des infections urinaires récurrentes. Les infections urinaires chroniques peuvent provoquer une cystite, c’est-à-dire un épaississement et une inflammation de la vessie. Les infections urinaires et les cystites peuvent toutes deux provoquer des urines sanglantes.

Le traitement d’une malformation de la vessie consiste en une correction chirurgicale de l’anomalie. Un échantillon de la poche retirée est soumis à une culture d’urine et à un test de sensibilité afin de déterminer l’antibiotique approprié pour le chien. Les chiens reçoivent un antibiotique pendant environ quatre semaines après l’opération.

Les tumeurs de la vessie et de l’urètre peuvent être malignes ou bénignes. La tumeur maligne la plus courante de la vessie et de l’urètre est le carcinome à cellules transitionnelles. Les tumeurs bénignes de la vessie et de l’urètre sont beaucoup moins fréquentes chez les chiens. Les tumeurs du système urinaire sont généralement diagnostiquées par échographie.

Le traitement des tumeurs de la vessie et de l’urètre est la résection chirurgicale. Certaines tumeurs ne peuvent pas être réséquées chirurgicalement en raison de leur localisation ou de leur taille. Un traitement médical avec un médicament appelé piroxicam peut améliorer la qualité de vie du chien si la tumeur ne peut pas être enlevée.

Troubles de la prostate

Les troubles de la prostate peuvent provoquer des urines sanguinolentes chez les chiens mâles castrés ou entiers. Les chiens mâles souffrant de troubles de la prostate ont plus tendance à s’efforcer de déféquer que d’uriner. Ils peuvent également avoir des selles fines, ressemblant à des rubans. Les troubles de la prostate entraînent une hypertrophie de la prostate. Contrairement à ce qui se passe chez l’homme, la prostate du chien a tendance à se développer vers l’extérieur et non vers l’intérieur, ce qui exerce une pression plus importante sur le côlon et le rectum que sur l’urètre. C’est pourquoi les chiens dont la prostate est hypertrophiée ont plus de difficultés à faire caca qu’à faire pipi.

Les troubles de la prostate qui affectent principalement les chiens mâles entiers sont l’hyperplasie bénigne de la prostate, l’abcès prostatique et la prostatite (infection de la prostate), ainsi que les kystes prostatiques. Le traitement de ces troubles est à la fois médical et chirurgical. La castration de ces chiens contribue à l’involution ou au rétrécissement de la prostate.

Le cancer de la prostate peut toucher aussi bien les chiens mâles entiers que les chiens stérilisés. La forme la plus courante de cancer de la prostate chez le chien mâle entier est l’adénocarcinome. Chez les chiens mâles castrés, on observe une prévalence accrue du carcinome à cellules transitionnelles, le même type de cancer qui peut affecter la vessie. Malheureusement, le cancer de la prostate chez le chien est généralement à un stade avancé lorsqu’il est détecté, ce qui rend le pronostic de cette affection médiocre.

Autres causes de sang dans les urines

Les fractures du bassin ou les traumatismes contondants de l’abdomen, les troubles de la coagulation et l’administration récente de cyclophosphamide (un médicament de chimiothérapie pour le traitement des lymphomes) sont d’autres causes de présence de sang dans les urines. Les maladies rénales, le diabète sucré et l’hyperadrénocorticisme (maladie de Cushing) peuvent également augmenter le risque de développer une cystite et donc des urines sanglantes.

Un diagnostic et un traitement appropriés permettent de trouver la cause des urines sanglantes de votre chien et, dans la plupart des cas, de la traiter. Si l’urine de votre chien est rose ou rouge, faites-le examiner par votre vétérinaire dès que possible.