De bonnes dents pour toute sa vie

De 28 dents de lait, un chiot passe à 42 dents à l’âge adulte, dont certaines peuvent avoir une taille impressionnante !

une dent de chien

Avoir une bonne dentition pour un chien, ce n’est pas qu’une question de sourire esthétique. C’est surtout indispensable pour rester en bonne santé. Des dents saines contribuent à la bonne santé de votre chien.

Une mâchoire de carnivore

En règle générale, les premières dents de lait – incisives et canines – apparaissent entre trois et cinq semaines chez le chiot. Suivent les prémolaires (autour de six semaines). Ces dents temporaires commencent à tomber vers trois-quatre mois pour laisser peu à peu la place aux dents définitives (incisives et canines entre trois et quatre mois, prémolaires et molaires entre quatre et six mois).

Du moins, quand tout va bien. Car, il arrive qu’une dent de lait ne tombe pas, surtout chez les chiens de petite race. Dans ce cas, le vétérinaire vérifie d’abord qu’il y a bien une dent définitive en dessous (il peut arriver qu’il en manque), puis extrait la dent temporaire devenue gênante afin de permettre à la sui- vante de pousser.

À partir de sept ou huit mois, le jeune chien arbore donc normalement sa dentition complète : 42 dents étincelantes qu’il va falloir garder saines toute sa vie !

En effet, contrairement à une idée reçue, les dents d’un chien ne se nettoient pas toutes seules. Comme chez l’humain, elles peuvent être sujettes au tartre, à la gingivite, au déchaussement, etc. Les laver régulièrement limite les risques. Il vaut donc mieux habituer son chien tôt (dès son adoption) au brossage, faute de quoi, il risque de ne jamais se laisser faire.

Pour y arriver, il existe des dentifrices pour chien (au goût de viande) à appliquer avec une brosse à dents ou un doigtier (souvent plus simple). La fréquence de brossage recommandée est d’une fois par jour ou en alternance avec une lamelle à mâcher, de texture abrasive et recouverte d’un complexe enzymatique anti-plaque dentaire.

Tout ce qui pousse l’animal à bien mastiquer joue également le rôle mécanique de « nettoyeur » (d’où l’intérêt des boudins à mâcher, etc.). On trouve même des solutions anti-plaque pour chiens, à diluer dans son eau.

Quand ça se dégrade

Des dents manquantes, abîmées et/ou douloureuses : il n’en faut pas plus pour qu’un chien ne s’alimente plus correctement (ou s’en tienne à des pâtées très molles) et, surtout, pour que des bactéries migrent vers d’autres organes, soit via la circulation sanguine (le cœur peut alors être touché), soit via le tube digestif (au risque de perturber l’équilibre des bactéries intestinales).

Pour toutes ces raisons, il ne faut pas négliger la dentition des canidés. Le vétérinaire peut profiter d’une anesthésie générale réalisée à une autre occasion, pour effectuer un détartrage complet. Mais ce n’est pas toujours possible.

Si une dent est infectée (abcès) par exemple, il n’y a pas d’autre choix que de la retirer et d’administrer ensuite des antibiotiques. Et chez un chien, cela nécessite une anesthésie générale, parfois incompatible avec l’état de santé d’un vieux chien.

Autant de raisons pour ne pas laisser traîner les problèmes dentaires. Une mauvaise haleine, un refus de se nourrir, de croquer ou mordiller, des gencives qui saignent, une dent noircie, etc., sont des indicateurs à prendre en compte et mieux vaut consulter sans tarder !