Mon chien ne supporte pas la solitude : Que faire ?

De nos jours, il est fréquent de conjuguer emploi du temps rempli et animal de compagnie. Ce mode de vie peut très bien convenir, à condition de pouvoir vaquer librement à ses occupations, sans crainte de voir son compagnon entrer dans un état de détresse systématique.

Avant de conclure que l’angoisse de notre chien relève du médical ou du dressage, faisons ensemble un tour d’horizon du côté comportemental.

L’attachement est un besoin vital pour les animaux et les humains. Dans sa fratrie, le détachement du chiot se fait progressivement, c’est un processus naturel.

Lors de l’adoption, la séparation d’avec la mère est vécue comme une grande détresse et il y a souvent hyper attachement à son humain, auquel le chiot se raccroche.

Un chien n’est pas génétiquement programmé pour supporter la solitude, cela doit lui être appris. Et, s’il nous est impossible de nous absenter, même pour quelques minutes, sans que notre chien se mette à gémir, aboyer, hurler, gratter, détruire, uriner, déféquer, se lécher, se mordiller ou s’arracher les ongles… C’est à nous de lui apprendre.

Promo
Zellar Tapis Rafraichissant Chien L 90x50cm, Auto-refroidissant Gel Non-Toxique Grand Tapis Refroidissement Chien, Tapis Fraicheur Chat, Plus Durable - Résistant Aux Rayures L (Lot de 1)
  • ❄️【Sûr pour les animaux de compagnie et les humains avec un gel non toxique】Utilisant une technologie de gel activé par la pression pour maintenir l'échange de chaleur et la conduction entre le corps, l'air et le tapis. Le tapis rafraîchissant pour chien de Zellar absorbe la chaleur du corps pour prévenir la déshydratation et la surchauffe par temps chaud, aucune injection d'eau, congélation ou réfrigération n'est nécessaire.
  • ❄️【Résistant aux rayures et anti-éclaboussures】Le tapis rafraîchissant pour chien de Zellar est fabriqué à partir de taffetas de polyester glacé d'une épaisseur de 0,45 mm qui maintient les animaux de compagnie au frais et confortables sans irriter leur peau. Les bords sont dotés d'une technologie de stratification thermique à haute température pour éviter toute fuite.
  • ❄️【Facile à nettoyer et à ranger】Il suffit de saupoudrer un peu d'eau sur la surface et de l'essuyer avec une brosse douce ou une éponge. De plus, le tapis rafraîchissant pour animaux de Zellar est pliable pour un rangement facile et parfait pour les sorties en plein air et en voiture !
  • ❄️【Polyvalence d'utilisation】Utilisez-le comme lit, cage, niche, canapé, tapis de sol ou de siège de voiture rafraîchissant pour chiens. Il peut également servir d'oreiller pour animaux de compagnie, de coussin de siège ou de tapis de refroidissement pour ordinateur, adapté aux animaux de compagnie et aux humains.
  • ❄️【Garantie de 36 mois】Si vous rencontrez des problèmes lors de l'utilisation du produit, n'hésitez pas à contacter notre équipe de service client professionnelle et profitez de la garantie de 36 mois de Zellar (réservée aux clients inscrits).

Lorsque vous effectuez des achats par le biais de liens sur notre site, nous pouvons percevoir une commission d'affiliation. Dernière mise à jour le 2024-07-17 / Liens affiliés / Images de l'API Amazon Partenaires

chien-seul

Il est malpropre ?

La miction et la défécation n’ont pas seulement un rôle physiologique, elles sont aussi utilisées dans un but de communication. Marquage, élimination naturelle, incontinence ou émotion forte ne demandent pas la même stratégie, il est donc primordial de comprendre les causes qui amènent notre compagnon à produire ce comportement.

Promo
Tractive – Collier GPS pour chien XL - Jusqu'à 1 mois d'autonomie - Élue Marque de l'Année - Localisation mondiale en direct - Alertes anti-fugue - Moniteur d'activité et alertes de santé
  • QU'Y A-T-IL DANS LA BOÎTE : 1 GPS Tractive DOG XL costaud et 100 pourcent étanche, pour chiens de grande taille (22 kg et plus), jusqu'à 1 mois d'autonomie, compatible avec les colliers jusqu'à 4 cm de largeur, conçu pour l'aventure
  • JUSQU'À 1 MOIS D'AUTONOMIE : Suivant l'utilisation, la couverture de réseau et le niveau d'activité, optimisez-la à l'aide de zones d'économie d'énergie
  • ÉLUE MARQUE DE L'ANNÉE : Tractive a été élue marque de l'année 2024, plebiscitée par ses utilisateurs pour son innovation et sa performance exceptionnelle
  • ABONNEMENT REQUIS : Couvre les frais de la carte SIM intégrée, dès 5 /mois (payable à l'avance pour 1 mois, ou 1, 2 ou 5 ans), satisfait ou Remboursé de 30 jours
  • SUIVEZ-LE À LA TRACE : Localisez votre chien à tout moment et suivez-le à la trace sans limites de distance, couverture 2G ou LTE requise

Lorsque vous effectuez des achats par le biais de liens sur notre site, nous pouvons percevoir une commission d'affiliation. Dernière mise à jour le 2024-07-17 / Liens affiliés / Images de l'API Amazon Partenaires

L’élimination naturelle se caractérise par des flaques d’urine et/ou des défécations et survient lorsque le chien est enfermé trop longtemps et qu’il ne parvient plus à se retenir, que personne ne lui apprit où s’exécuter ou que l’extérieur le terrorise.

L’incontinence fait que le chien (vieillissant ou non) a une mauvaise maîtrise sphinctérienne et urine involontairement en marchant ou en dormant. Seul un vétérinaire peut aider à améliorer la situation.

On reconnaît le marquage par des selles qui sont généralement bien moulées et/ou de l’urine en petites quantités situées dans des endroits stratégiques ou de passage comme sur les murs, les portes, l’oreiller, le lit, le canapé ou sur la table. Le chien veut faire passer un message aux membres de la cohabitation : il ne parvient pas à s’adapter au système relationnel établi et veut signifier son mal-être. L’extinction de ce comportement ne peut se faire sans une réorganisation précise des relations.

Les éliminations émotionnelles provoquées par la peur, les punitions, l’excitation ou l’anxiété sont reconnaissables par l’urine et les défécations (souvent diarrhéiques) d’un animal qui ne parvient pas à gérer ses émotions.

« Pipis d’émotions » dus à la joie des retrouvailles, peur aggravée par des punitions inappropriées, anxiété face à la solitude… Il conviendra d’aider l’animal à mieux gérer son stress.

Le fait de cacher voire manger ses excréments peut être dû à ses conditions d’élevage, mais ce comportement peut également être le fruit d’une méthode à base de « NON ! » et de réprimandes.

En agissant ainsi, nous lui montrons qu’il ne peut pas faire ses besoins devant nous. À chaque tentative, nous l’effrayons et le stoppons. Nous lui apprenons donc que faire devant nous n’est pas possible…

Il aboie ?

Un comportement est une réponse, il convient donc de comprendre précisément les raisons qui poussent notre animal à se déployer ainsi. Le chien aboie principalement pour exprimer ses émotions et, s’il ne parvient pas à tempérer ses vocalises, c’est certainement qu’il ne jouit pas d’un bon équilibre émotionnel. Il peut ainsi signifier son ennui, sa solitude, sa détresse, sa frustration, sa peur…

Ses conditions de développement précoce et ses expériences vécues jouent un rôle prépondérant, mais s’il réagit à la moindre stimulation, que nous soyons présents ou non, un état de stress chronique est à envisager et à analyser avec l’aide d’un comportementaliste.

Il détruit ?

Rentré à la maison, un tsunami prénommé Brutus a saccagé notre salon. Il a mastiqué nos pantoufles, fait ses dents sur notre table basse et des confettis avec notre canapé. Un maître mot : se gérer. Ne pouvant faire le rapprochement entre notre colère soudaine et ce qu’il a fait, il est inutile de le sanctionner. Restons zen !

Pourquoi fait-il cela ?

S’il a pour habitude d’être continuellement avec nous, il peut chercher à tout prix à nous rejoindre (en s’en prenant le plus souvent aux issus). Nous remplissons tellement son quotidien que de se retrouver seul le fait passer d’un extrême à l’autre.

Il s’ennuie, car peu ou pas stimulé et tente de combler ce manque d’activité.

Il ne sait pas gérer la solitude, car personne ne lui a jamais appris. Gémissements, hurlements, grattages et destructions sont les manifestations de sa détresse. Il peut également rechercher notre présence en s’en prenant à tout ce qui porte notre signature olfactive pour s’apaiser (télécommande, vêtements, téléphone…). Sa dépendance vis-à-vis de nous est trop importante faisant de notre absence quelque chose d’insupportable.

Lui faut-il un compagnon ?

On imagine souvent qu’un animal peut s’ennuyer, voire détruire, parce qu’il est seul. Cette logique est propre à l’homme et l’incite à croire qu’une présence canine peut contrer les comportements destructeurs de son chien.

Penser résoudre les problèmes de comportement de notre toutou actuel en en prenant un second est une aberration.

Au contraire, on voit même bien souvent la situation empirer. Si le désarroi de notre chien est lié aux conditions de vie qu’on lui impose, qu’en sera-t-il du second ? Les chiens s’observent, les petits reproduisent les comportements des grands par mimétisme parce qu’ils sont un modèle.

Prenons garde à ces idées reçues colportées encore aujourd’hui : les soucis rencontrés avec son chien ne disparaîtront pas avec l’arrivée d’un nouvel animal. En plus, une adoption est forcément source de stress pour l’adopté ainsi que pour le quatre pattes résident. Cette arrivée ne peut donc en aucun cas être d’un quelconque secours pour les problèmes rencontrés avec son animal.

Seul un remaniement des relations peut faire cesser l’inquiétude de notre chien, un comportementaliste certifié peut être d’une grande aide dans cette démarche.

Est-il déprimé lorsqu’il reste seul ?

Le fait de laisser Milou durant un certain temps (plus long que d’habitude) lui demande un effort d’adaptation. Le manque qu’il ressent à ce moment-là génère une émotion plus ou moins forte selon sa sensibilité.

Mais quand il s’agit d’absences quotidiennes, elles font partie de la vie de tous les jours et notre chien devrait (normalement) les supporter.

Si notre chien gère mal ses émotions ou s’il n’est pas habitué à être seul, notre absence sera difficile à gérer pour lui et notre retour sera synonyme de période de réadaptation qui lui demandera un nouvel effort, ce qui peut créer un trop-plein d’émotions. Rassurons-nous donc, il ne nous en veut pas et ne nous « boude » pas, c’est simplement que notre compagnon à quatre pattes a besoin d’un temps de compensation.

Il se mutile ?

L’onychophagie (terme médical désignant l’habitude de se ronger les ongles) est une automutilation compulsive qui peut conduire à des problèmes très graves dus aux infections répétées.

Quant au léchage, il mérite un (et même plusieurs) avis vétérinaire. Il peut s’agir d’une dermatite (le chien se lèche systématiquement la patte et on observe une perte de poils limitée à cette région, voire une lésion ulcérée ou croûteuse), mais le léchage des pattes (comme l’arrachage d’ongles ou les mordillements des pattes parfois jusqu’à la plaie) est bien souvent d’origine comportementale.

Il peut s’agir d’anxiété, suite à un changement dans son quotidien de type déménagement, séparation, mise en couple, naissance, arrivée d’un autre animal, ou encore en fonction de la nature des relations qu’il entretient avec ses propriétaires… (Cela arrive bien plus souvent qu’on ne le pense, pour attirer l’attention de son propriétaire.)

En réagissant, on établit un système de communication avec son chien. On l’incite donc (inconsciemment) à reproduire son geste afin d’obtenir une réponse, qu’il s’agisse d’une réprimande physique ou orale, d’une caresse, d’une tentative désespérée d’enlever sa patte, d’un regard…

L’animal peut aussi se lécher par désœuvrement, s’il reste seul et/ou inactif durant une trop longue période.

Chez le chien, l’automutilation est la manifestation d’un mal-être témoignant d’un état d’anxiété. Les causes peuvent être le stress, la solitude, l’ennui…

Et il n’est pas rare que d’autres comportements accompagnent l’onychophagie ou les léchages de pattes tels que les destructions, les aboiements excessifs, les éliminations dans l’habitat…

L’intervention d’un comportementaliste peut être d’une grande aide afin de déterminer ce qui, dans notre quotidien, ne convient pas à notre chien et le pousse à se mutiler. Il est le professionnel apte à soumettre des conseils visant à soulager l’animal.

Du répulsif ? Un collier anti aboiements ?

Les colliers « anti aboiements » envoient des décharges électriques, des ultrasons ou de la citronnelle au chien et, concernant l’usage de répulsifs, ils n’agissent en rien sur les causes.

Du coup, ils peuvent être inefficaces voire même rediriger l’animal sur autre chose (autre lieu, autre meuble, plinthes, murs, lui-même…).

Contrer un comportement à l’aide d’un quelconque accessoire ne consiste pas agir sur ses racines, mais uniquement sur la partie visible.

Les méthodes répressives utilisées ne sont alors qu’illusion (tout comme l’est le fait de désodoriser une pièce pour en masquer une odeur nauséabonde sans pour autant chercher sa provenance).

Les raisons qui poussent notre chien à aboyer, à détruire ou à souiller notre habitat doivent simplement être comprises pour mieux être gérées.

En plus de ne pas venir à bout des problèmes d’aboiements, ces colliers sont source de stress pour nos chiens (il n’est d’ailleurs pas rare qu’ils paniquent rien qu’à leur vue).

Outre l’odeur insupportable de la citronnelle qui perdure plusieurs heures après projection (n’oublions pas que le chien a l’odorat un million de fois plus développé que l’homme) ou les ultrasons, le chien ne peut comprendre d’où vient la douleur du collier électrique et peut, dans l’affolement, s’en prendre à ce qui l’entoure (chien, propriétaire, enfant…).

L’électrocution n’est définitivement pas une méthode appropriée, la compréhension et le respect si.

Une cage ?

Enfermer un animal dans une cage pour dormir la nuit et durant les heures d’absence en journée, soit environ 16h sur 24h, pour éviter des dégâts est une méthode tout simplement choquante.

Déjà, il s’agit d’une cage de « transport » et non de « contention ». De plus, cela ne peut agir sur les causes de ce comportement, c’est simplement agir sur le matériel tout en laissant son chien dans la même situation de stress (voire en l’empirant).

Que faire pour lui permettre de mieux vivre la solitude ?

Il serait bon que les différents membres de la famille s’occupent de l’animal afin de limiter un attachement trop fort à une seule personne.

Revoyons nos rituels de départ et d’arrivée. Ne nous occupons pas de lui durant les dix minutes qui précèdent et suivent nos sorties. Pas de « je reviens, ne t’en fais pas », seulement un départ banal qui ne laisse pas présager que quelque chose a changé.

Apprenons-lui à rester seul quand nous sommes présents en commençant par vaquer à nos occupations (ménage, douche, cuisine, toilette…) et en faisant comme s’il n’était pas là : il doit devenir autonome pour pouvoir gérer nos absences.

Laissons-lui de quoi s’occuper pendant nos absences (jouet à remplir de nourriture, os…).

Sortons-le avant de devoir quitter les lieux pour une trop longue durée afin qu’il puisse se dépenser un peu et faire ses besoins.

À notre retour, n’inspectons pas les lieux et notre chien sous toutes les coutures. Soyons calmes, banalisons la situation et nettoyons les dégâts hors de sa vue. Crier ou frapper notre animal ne l’aidera pas à faire des progrès, bien au contraire. Cela peut l’inciter à cacher ses selles et les manger pour éviter la punition, mais aussi à avoir peur (qui est le premier facteur de conduites agressives) et fragiliser la confiance qu’il a en nous.

À savoir

Il sait qui a mal fait, mais il recommence

L’animal ne connaît pas les notions du Bien et du Mal et ne connaît pas non plus le concept de culpabilité qui est purement humain. Néanmoins, il perçoit notre colère, nos traits crispés, notre voix irritée… il les a déjà vus et s’en souvient ! Il associe notre retour à un mauvais moment à passer et adopte l’attitude de crainte et d’apaisement qui en découle. Il faudrait donc qu’il ait le sentiment d’avoir « commis une faute » pour ne pas recommencer, mais ce n’est pas le cas.

Un animal grégaire

Le chien est au départ un animal de meute. À l’état sauvage, il est toujours en compagnie de ses congénères. Rien de naturel donc, à être abandonné toute une journée… Ne lui en veuillez pas trop, lorsqu’il manifeste trop violemment son dépit de passer sa journée sans vous.

Pot de colle

Votre chien fait une fixation sur vous. Vous n’êtes pas là, c’est la panique, quelle que soit la personne qui reste avec lui. Il faut dans ce cas, chercher la cause de ce comportement qui peut avoir des origines diverses et parfois profondes et consulter un spécialiste.

Vous avez provoqué les choses

En partant, beaucoup de maîtres, culpabilisés par leurs obligations quotidiennes, font un « gros câlin » à leur chien avant de partir, lui expliquent qu’ils vont revenir vite, avec des trémolos dans la voix… Malheureusement, ce comportement le terrorise encore plus !

En effet, après ces élans d’affections, qui deviennent routiniers, il sait qu’après, c’est la solitude. De plus, votre attitude désolée lui confirme qu’il a raison de s’angoisser. Finalement, mieux vaut « dédramatiser » la situation et partir en l’ignorant.

Le chien est sensible à vos humeurs : si vous partez l’esprit serein, nul doute que votre compagnon trouvera la situation banale.

Pour conclure

Pratiquer le détachement c’est rompre le trop fort attachement qui nous lie à lui, c’est continuer le travail commencé par la mère, c’est aider notre compagnon à quatre pattes à grandir et à devenir autonome.

La détresse que notre fidèle ami ressent n’est pas saine et ne peut nous convenir si nous l’aimons vraiment. C’est donc à nous de l’aider à se sentir mieux dans ses coussinets, à nous de mieux l’aimer en prenant en compte sa sensibilité.

PEDIGREE DENTASTIX Sticks Bucco-Dentaires pour Moyen Chien 10-25kg - 56 Bâtonnets à Mâcher (Lot de 8 Sachets de 7 Friandises) - Hygiène, Scientifiquement Prouvé, Nettoyage Dents au Quotidien Chien Moyen 25.71 g (Lot de 56)
  • En offrant un savoureux bâtonnet à mâcher DentaStix Daily Oral Care par jour à votre chien, vous contribuez à améliorer son hygiène bucco-dentaire
  • Triple action scientifiquement prouvée : les sticks à mâcher réduisent la formation de tartre jusqu'à 80%, nettoient les dents difficiles à atteindre et contribuent à des gencives saines
  • Faibles en matières grasses, sans sucre ajouté, sans colorant ni arôme artificiels, les sticks pour moyens chiens ont une faible teneur en calories
  • Donnez un bâtonnet par jour / Ne convient pas aux chiots de moins de 4 mois / Convient aux chiens entre 10kg et 25kg / Veillez à toujours laisser un bol d'eau fraîche à disposition
  • Livraison : 8 sachets de 7 bâtonnets DentaStix Daily Oral Care Pedigree pour moyen chien / Contribue au soin des dents des chiens

Lorsque vous effectuez des achats par le biais de liens sur notre site, nous pouvons percevoir une commission d'affiliation. Dernière mise à jour le 2024-07-17 / Liens affiliés / Images de l'API Amazon Partenaires